Du beau narratif chez le premier Godard