Todorov ou le moi dialogique